le Canard de l’Etang

3 octobre 2008

la crise, la crise, la crise : quoi d’autre?

Depuis la faillite de Lehman Brothers, le rachat de Meryll Linch par la « Bank of America », et autres péripéties de la caisse d’épargne Washington Mutual, la « Wamu » de Seattle, la nationalisation de l’assureur AIG aux USA, puis les déboires de Fortis et Dexia de la « vieille Europe » (en France,  et au Benelux), les spécialistes, les journalistes n’ont plus qu’un mot à la bouche. La crise financière et banquière d’origine américaine, qui vient de frapper à la porte du vieux continent fait la une de tous les journaux. Et donne le tournis aux politiques.

On l’a vu. Le plan d’Henry Paulson de 700 milliard de dollars, à injecter dans les banques en difficulté, dans le but de sauver ce qui peut être encore sauvé a été difficilement ratifié. Les Républicains de la Chambre des représentants ont voté, pour la majorité d’entre eux contre cette ‘loi de régulation’. Avec les démocrates majoritaires, ils seront face aux électeurs le 4 novembre 2008, qui devront renouveler la Chambre. Ils étaient donc réticents à voter un texte, rejeté en grande partie par les Américains contribuables. Le Sénat a finalement dit oui au texte modifié ( puis la Chambre de même).

Cette crise a fait réagir logiquement les deux prétendants à la succession de George W. Bush. John Mac Cain a récemment stoppé sa campagne pour quelques heures, pour se consacrer entièrement au sauvetage des banques américaines et faire en sorte que le plan Paulson se concrétise, même s’il paraissait évidemment  mitigé, du fait de ses positions idéologiques libérales économiques. Barack Obama, lui, plutôt posé et relativement calme expliquait qu’il pouvait gérer deux problèmes à la fois. Il s’est donc montré plus ‘présidentiel’, contrairement à l’impulsif « Mc Same ».(Même que Bush)

L’Europe, qui n’a pas de « budget fédéral », ni de département du Trésor, comment veut-elle s’en sortir? Les Allemands, dont le pays a vaincu les déficits budgétaires nationaux ne souhaitent pas s’engager dans un éventuel plan identique à celui des USA. La France, les Pays Bas en ont proposé, discrètement. En un mot, certains veulent la coopération , d’autres veulent se la jouer perso.

En France, le débat est interminable. Comment faire, pour protéger nos banques et notre économie ? Nationaliser les établissements privés ? C’est ce qui est arrivé à Dexia. C’est ce que demandent certaines personnes, comme Laurent Fabius, qui indique, dans le Monde du 2 octobre, qu’il faille « assurer la liquidité des banques, la continuité du crédit et de garantir les dépôts. ».

Il copie d’ailleurs le président de la République, qui depuis quelques jours rêve de justice sociale, et de régulation à la soviétique,  lorsque l’ancien premier ministre écrit : « Une nouvelle ère doit s’ouvrir. Elle devra être beaucoup moins favorable aux spéculateurs patentés et aux fortunes champignons, beaucoup plus propice à la définition et au respect de règles mondiales, beaucoup plus fondée sur le rôle régulateur de la puissance publique internationale, nationale et locale »

Nicolas Sarkozy et le Medef veulent maintenant bloquer, ou en tout cas mieux contrôler les parachutes dorés. Le patron de Fortis, Alex Miller vient d’ailleurs de renoncer sous contrainte à ses sous, soit plus de 3 millions d’euros. Il n’a pas eu autant de chance que Herman Verwilst, patron de la banque belgo-néerlandaise Fortis et Patricia Russo, co-dirigeante d’Alcatel Lucent, virée après l’échec de sa ‘mission’ fin juillet ( mais qui a gagné 6 millions d’euros, à son départ d’Alcatel Lucent). La faute à ce gouvernement qui se prend pour des communistes. Ah les « gauchos » de droite de l’UMP! Si la crise n’avait pas démarré, A. Miller aurait eu droit au jackpot! Pourquoi, diable n’y a-t-il pas eu un nuage à la frontière de l’hexagone, comme en 1986 avec Tchernobyl ? Un nuage aurait pu arrêter la mondialisation et la crise de l’argent fou…

Pierre Rousselin, du Figaro, dans son blog, « géopolitique » pense que le « G4 européen de samedi (4 octobre) convoqué par Nicolas Sarkozy n’apportera pas une réponse définitive à la crise de confiance qui s’est emparée du système bancaire. ».

Comme ça, c’est clair !

Une Réponse à “la crise, la crise, la crise : quoi d’autre?”

  1. ladyde dit :

    Bonjour,

    Sur la crise, réponses à vos questions en
    http://ladyde.unblog.fr/

    Bonne fin de semaine,

    Appy,

    Lady De

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...