le Canard de l’Etang

12 septembre 2010

‘Guéguerre’ et révolution

http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2010-06/2010-06-20/article_pierre-laurent.jpg

Le PDG des communistes, Pierre Laurent, pratique du sport, l’anti-sarkozysme primaire, couplé à un soutien des ‘petites gens’ à outrance. En direct de la traditionnelle fête de l’Humanité, le secrétaire national a, pour son premier discours de clôture, envoyé des mots doux au chef de l’Etat : « Nous subissons (…) le pouvoir le plus rétrograde, le plus brutal, le plus autoritaire qu’il ait été permis d’imaginer. » Une guerre des mots, « citoyenne et pacifique ». Mais qui n’a qu’un dessein, celui d’attirer l’attention. Et d’acquérir une poignée de notoriété, à moins de deux ans de la présidentielle. Soit une période propice à cet habituel petit jeu verbal entre amis d’obédience différente.

Ces joutes se pratiquent aussi entre membres du même clan, gauche ou droite, confondues. Les règles y sont d’ailleurs plus codifiées. Il ne suffit pas seulement de brailler contre autrui ou contre certaines politiques, même si certains s’y adonnent de temps à temps avec plaisir, comme Alain Juppé ou Dominique de Villepin.

Il convient plutôt de prendre parti dans le cadre d’une rivalité interne (et larvée). Comme celle entre Jean-François Copé et Xavier Bertrand. Deux hommes qui s’envoient des fleurs une fois par saison. Le premier a récemment reproché au second l’absence d’une réelle université d’été de l’UMP, qui aurait permis, selon J.F. Copé, de répondre « aux attaques (verbales, toujours) du PS ».

Et, à l’occasion de ce combat de titans quadragénaires, deux responsables du parti majoritaire ont récemment pris …parti en faveur du patron des députés UMP.

http://www.idf1.fr/blogjjda/wp-content/uploads/2009/09/Patrick-Devedjian1.jpg

Premier trouble-fête, le ministre de la Relance, Patrick Devedjian. L’ancien patron de l’UMP a critiqué l’actuelle gestion du parti : « Un parti politique, ce n’est pas le Club Med. On n’a pas besoin de gentils organisateurs », a-t-il indiqué au Parisien. Mais plutôt « d’agitateurs d’idées (comme l’a été) Nicolas Sarkozy », à ce poste.

C’est Rachida Dati qui sème, quelques jours plus tard, la zizanie. L’eurodéputée estime, dans un entretien au Parisien (encore), que Jean-François Copé « ferait un excellent Secrétaire général ». L’ex-Garde des Sceaux évoque à son tour Nicolas Sarkozy et cite en vrac « les débats lancés » au cours de son mandat à la tête de l’UMP.

Celui qui en a la charge aujourd’hui, Xavier Bertrand, doit-il, pour autant, se sentir menacé ?

Pas si sûr à en croire le président de la République, dont certains propos ont été révélés dans le Figaro d’il y a quelques jours. A son « chouchou », Nicolas Sarkozy apporte son soutien. A sa manière : « Je (le) remercie (…) d’avoir accepté. C’est moi qui l’ai nommé. » Ah bon?

Oui, d’ailleurs, une dépêche de l’AFP, publiée un peu plus tard, semble corroborer ces propos. Voilà ce qu’on y lit : « Le ministre de l’agriculture, Bruno le Maire, a déclaré dimanche sur Radio J que « la succession de Xavier Bertrand » à la tête de l’UMP n’était « pas ouverte », tout en soulignant que c’est Nicolas Sarkozy qui « décidera quelle piste il suivra » pour le gouvernement comme pour le parti. »

Justement, Valérie Pécresse a offert ses services de conseillère. La ministre de l’Enseignement supérieur a proposé, le 9 septembre dernier, que le Secrétaire général soit dorénavant « élu par ses militants ». Et non plus « nommé » par le chef de l’Etat ?

Une révolution…

 P.L

MAJ 
Le député de Paris, Claude Goasquen, lui, ne veut pas prendre parti : il ne se prononce pour personne, ni J.F. Copé, ni B. Bertrand. Mais ce dernier accuse : « Le président de la République, constamment au téléphone », « s’occupe de tout ». Boum.

Tissot-Panafieu gymnase Japy 2008 02 27 n8.jpg

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...