le Canard de l’Etang

13 février 2011

Proposer l’interdiction du tabac pour créer le buzz ? Raté…

Article publié sur Marianne 

Ou comment se débrouiller pour qu’on parle (un peu) de vous dans les médias… Jacques Attali propose d’interdire le tabac en France. Une mesure controversée et peu reprise dans les médias.

 



Serge Gainsbourg - capture d'écran - Dailymotion - ina

Serge Gainsbourg – capture d’écran – Dailymotion – ina


La Finlande a voté, en automne 2010, l’interdiction du tabac à l’orée de l’année 2040 et les moins de 18 ans n’ont plus le droit de fumer. Jacques Attali propose, lui, de transposer cette mesure… en France, une magnifique martingale pour désendetter l’Etat.

Car, il faut le dire – et Attali s’y colle -, la cigarette, c’est bien pire que le terrible Mediator. Il n’y qu’à voir les statistiques que l’ex-conseiller de Mitterrand s’empresse de noter : « Personne, absolument personne, ne se demande pourquoi on ne traite pas avec la même sévérité un produit totalement inutile, à la nocivité aujourd’hui avérée, consommé chaque jour par 1,3 milliard de personnes dans le monde et qui fait chaque année 5 millions de morts, soit plus que le sida et le paludisme réunis. » Le médicament conçu par Servier, n’aurait, en revanche, causé qu’entre 500 et 2000 morts… Or, critiqué par le monde médical, il avait pris l’eau voilà deux ans.

Le (très) libéral socialiste souligne certes que des mesures ont été prises pour « réduire l’usage » du tabac dans l’espace public. Il évoque certes le prix d’un paquet de clopes qui grimpe de manière régulière. Mais simplement pour tacler les producteurs de cigarettes : « La hausse (…) ne fait qu’augmenter les profits des compagnies et les revenus des États, coupables de complicité d’empoisonnement. » Mais les faits sont là : les Français fument beaucoup (« 25% » d’entre eux), y compris les jeunes, et surtout les femmes, comme le rappelle, à juste titre, Jacques Attali.

Au-delà du danger lié à la consommation du tabac, cette mesure aurait des effets néfastes. N’en déplaise à l’écrivain Attali qui sous-estime les nombreuses conséquences : « On remettrait en cause quelques emplois », souligne-t-il. Seulement quelques-uns? « Les États perdraient quelques recettes ; on encouragerait pour un temps le marché noir (déjà important ) ; on devrait faire quelques dépenses pour désintoxiquer ceux qui le sont. »

L’idée saugrenue, forcément, dérange du côté des principaux intéressés :  les buralistes, par la voix de leur patron, Pascal Montredon (à la tête de la confédération des buralistes), se montrent « abasourdis » et parlent de « propos totalitaires ».

« On gagnerait tant en qualité et en espérance de vie que le bilan, même économique, serait évidemment partout positif », martèle l’économiste Jacques Attali. « Pourquoi pas supprimer le soleil qui provoque chaque jour des cancers de la peau ? », ironise Yves Trévilly, porte-parole de British American Tobacco France.

Pas de panique : l’économiste, qui a planché pour Nicolas Sarkozy sur la croissance en 2008, n’avait pas été repris à 100%. Loin de là : les propositions de la commission du docteur Attali – dont celle sur la libéralisation des taxis – avait été peu suivies…

Et, de toute manière, son idée ne fait guère la « une » de la presse, ce matin : pas une ligne dans La Tribune, Le Figaro ou Les Échos ; ni sur les sites d’information comme Mediapart, Rue89 et Slate.fr (site cofondé par Jacques Attali). Rien qu’une brève dans La Croix, L’Humanité, Le Parisien, Libération. Et un petit article dans les colonnes de France Soir. Pas vraiment un succès…

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...