le Canard de l’Etang

13 avril 2011

Quand le gouvernement se divise depuis les cantonales…

A un an de la présidentielle, certains ministres affichent leurs différences sur plusieurs points.

Depuis les cantonales, les membres du gouvernement ne s’entendent plus. Tous n’ont pas donné, d’abord, la même consigne de vote pour le second tour de l’élection locale. Certains ont clairement affiché leur préférence pour le PS en cas de duel gauche-FN. D’autres ont préféré suivre la voie de Jean-François Copé et du chef de l’Etat, celle du « ni-ni ». Le débat sur la laïcité a suscité, ensuite, des réserves de la part du gaulliste social François Fillon qui a boudé le rendez-vous de l’UMP.

Et ce n’était qu’un début : la règle de la non-reconduite d’un fonctionnaire sur deux ne plaît plus à l’ensemble du gouvernement. François Baroin veut poursuivre la mesure. Le secrétaire d’Etat à la Fonction publique, Georges Tron s’y oppose. Autre fracture : l’immigration légale. Quand Claude Guéant et Xavier Bertrand veulent la réduire, Christine Lagarde ne suit pas ses collègues.

La prochaine présidentielle provoque aussi quelques remous chez les ministres. Nicolas Sarkozy coule dans les sondages, François Fillon, voire Alain Jupé, apparaissent comme des outsiders pour représenter la majorité présidentielle en 2012.

Et dans ce contexte, l’ancien N°2 du gouvernement Fillon, le radical valoisien Jean-Louis Borloo s’échappe de l’UMP, construit sa candidature au nom d’un rassemblement « centriste, écologique et social ».

Du coup, ses concurrents de l’intérieur appellent au rassemblement de toute la droite et du centre. Outre Copé et Larcher, François Fillon – qui avait été reconduit à Matignon à la place de l’ex-ministre de l’Ecologie, candidat au poste de Premier ministre, à l’époque – et Alain Juppé – qui, à la suite d’une défaite aux législatives en 2007 avait été remplacé dans sa fonction de ministre d’Etat par… Borloo – ont critiqué la volonté d’indépendance du patron des radicaux valoisiens. Il faut se rassembler dés le premier tour et non éparpiller les voix, ont-ils rappelé.

Le ministre de la Ville, Maurice Leroy (NC), se montre, au contraire, ravi de l’éventuelle candidature de Borloo.  Elle permettrait, selon lui, d’éviter la défaite de la droite en disqualifiant la gauche pour le second tour de la présidentielle.

Borloo pourrait en effet « choper » les voix de certains villepinistes pour gêner l’ex-Premier ministre s’il se lançait à l’aventure. Attirer des centristes de Bayrou, pas dupe de la manœuvre politicienne. Capter une partie de l’électorat écologiste tenté par le populaire Hulot, son « ami » qui vient, lui, de se présenter officiellement à la présidentielle. Et peut-être quelques sympathisants de centre-gauche, charmés par DSK.

Des électeurs utiles au chef de l’Etat s’il veut passer le premier tour en 2012… Or, au vu des sondages quotidiens, c’est loin d’être gagné. Nicolas Sarkozy se voit régulièrement talonné par le candidat socialiste et Marine Le Pen.  La stratégie chère à Buisson de se rapprocher des idées du FN, depuis l’affaire des Roms à l’été dernier, devait permettre d’abattre la formation d’extrême droite comme lors du dernier scrutin de 2007. L’échec est patent.

Le président de la République a, en outre, irrité son électorat de centre-droit. Le chef de l’Etat s’en serait-il rendu compte ? Aurait-il donc proposé au centriste Borloo de s’émanciper pour que Nicolas Sarkozy puisse se sauver ? Y aurait-il un pacte entre les deux pour que l’un reste à l’Elysée et que l’autre gagne Matignon en 2012 ?

Des interrogations qui n’engagent que l’auteur… ou pas.

P.L

1 avril 2011

On refait le match

« Ce serait un beau match. » Eric Besson évoque ainsi l’éventuelle confrontation entre Nicolas Sarkozy et Dominique Strauss-Kahn en 2012.

Scrutin présidentiel, rencontre sportive, même combat ? Entre la politique et le football, la frontière semble poreuse…  Joueurs et politiques pratiquent, en fait, la même activité sur le terrain. Certains temporisent, la balle au pied. D’autres foncent, droit au but, tête baissée… Et forcément, le succès n’est pas toujours au rendez-vous. Personne n’est à l’abri d’une défaite.

Soit l’équipe se fait tacler et prend une branlée. Soit elle assure la victoire et marque des points. Tout dépend de l’équipe et de ses individualités. Les joueurs, unis et solidaires, peuvent gagner. Or, s’ils la joue perso et non « collectif », préférant le drible à la passe, ils prennent un risque.

Quand l’arbitre siffle la fin de partie, les caméras sont braqués sur le résultat. Dans le vestiaire, plus tard, les uns se congratulent, se tapent dans la main. Les autres en prennent pour leur grade…

Après la rencontre, les joueurs refont le match. Mais, revers de la médaille, les langues se délient, des signes d’inimitié apparaissent au grand jour entre membres d’une équipe divisée… Ils ne peuvent pas tous s’encadrer, se voir, s’entendre. Et ils n’ont plus honte de le dire suite à la déroute.

Face à la cacophonie, le grand manitou se doit d’intervenir. Distribuer les cartons jaunes. Le prochain match arrive à grand pas. Et l’équipe doit se ressaisir, se rabibocher. Comment procéder? Un rendez-vous dans le bureau du chef pour clore l’incident. Une sanction verbale pour les fauteurs de trouble… Puis, à la sortie, pratiquer une gymnastique linguistique commune pour minimiser les bisbilles. Marquer la fin des embrouilles. Ou, du moins, pour faire semblant qu’elles n’existent plus. Car personne n’est dupe, c’est entendu.

Toute allusion à l’actualité politique serait fortuite…

P.L

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...