le Canard de l’Etang

23 mars 2012

Mélenchon va-t-il pousser Hollande vers l’Elysée?

Lu intialement sur L’Express.fr

Jean-Luc Mélenchon continue de grimper dans les sondages et avec lui le total des voix de gauche. Mais François Hollande profitera-t-il, au second tour, de la bonne campagne du Front de gauche? Pas sûr. 

Mélenchon deviendra-t-il le troisième homme de l’élection? Il se hisse, en tout cas, sur le podium d’un sondage BVA (14%), devant Marine Le Pen et François Bayrou. Et derrière Nicolas Sarkozy ainsi que François Hollande, qui reste à 29,5% d’intentions de vote du premier tour. « Selon les Français interrogés, le candidat du Front de gauche fait la meilleure campagne, souligne Gaël Sliman, directeur général adjoint de BVA. On parle de lui et il intéresse les gens. »  

Du coup, peut-il déranger le candidat du PS? « C’est difficile de dire si Mélenchon peut nuire à Hollande », souffle le sondeur. Qui ajoute, toutefois, que le premier prend des voix au second.  

Mais le Corrézien reste élevé dans les sondages, réplique-t-on du côté socialiste. « S’il était à 25% ou encore un peu moins, je m’inquiéterais, assure François Kalfon, spécialiste des sondages de la formation socialiste. Mais ce n’est pas le cas. »  

Au PS, on se réjouit officiellement de la montée de Mélenchon. D’abord parce que le total de la gauche est de plus en plus élevé: à 45,5 % selon l’étude réalisé par BVA, soit bien plus qu’en 2007 (36%). Et surtout parce que 82% des électeurs potentiels du Front de gauche glisseraient un bulletin « Hollande » dans l’urne au second tour.  

Des abstentionnistes pas forcément de gauche

Pour l’heure, le candidat du Front de gauche empiète peu sur les terres de François Hollande. « Mélenchon a récupéré, outre des voix hollandaises, un nombre important d’abstentionnistes », explique Sliman. Il aurait donc remis en jeu, et à gauche, certains électeurs. 

Une arme très utile pour François Hollande … à condition qu’ils votent socialiste au second tour. Ces derniers seraient-ils alors prêts à voter pour le candidat du PS, représentant d’ »une social-démocratie responsable », selon les termes de l’historien Romain Ducoulombier, spécialiste des gauches en France et en Europe? « Pas sûr. Ce ne sont pas forcément des personnes idéologisées mais un électorat énervé par la crise que Mélenchon a su capter », répond l’enseignant. 

Pour François Kalfon, le M. sondage du PS, il n’y a aucun problème de fossé politique entre les deux électorats de la gauche: « Elle a toujours eu deux jambes. Mélenchon a réussi à attirer des personnes qui ont subi la crise. Nous partageons avec lui les diagnostics, mais pas toutes les solutions à apporter. »  

« Pas de passerelles entre gauche radicale et extrême droite »

Justement, certains pourraient décider de s’abstenir à nouveau s’ils jugent le candidat du PS incapable d’obtenir la « rupture du système ». 

Mélenchon peut-il aussi attirer des électeurs frontistes, qui pourraient ensuite voter Hollande? « Les passerelles entre la gauche radicale et l’extrême droite sont marginales », répond Gaël Sliman de BVA.  

Mais au PS, on veut y croire. D’autant plus que, selon un sondage de la TNS Sofres, 26% des électeurs de Marine Le Pen pourraient choisir Hollande au second tour.  

« Je n’exclus pas, confie justement François Kalfon, que quelques électeurs, prêts à voter pour Le Pen pour sa campagne axée sur les thématiques sociales, pourraient finalement se décider pour Mélenchon, si la candidate du FN retrouve ses thèmes de prédilection, comme la sécurité. »  

Puis pour Hollande, donc… Dans une logique encore toute théorique.

PL

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...