le Canard de l’Etang

4 avril 2012

En haussant la voix, Bayrou espère remonter la pente

Lu initialement sur L’Express.fr

François Bayrou, le candidat centriste, ne perd pas espoir, malgré la chute des sondages, et hausse le ton contre ses adversaires et le service public. En coulisses, certains soutiens y croient de moins en moins. 

Les jours passent et il ne cesse de dégringoler dans les sondages. François Bayrou, à trois semaines du premier tour, est désormais crédité de 10% selon une étude d’Ipsos, paru ce mardi. Le Béarnais ne semble plus, ainsi, en mesure de se qualifier pour le second tour. C’est pourtant l’un des hommes politiques les plus populaires.  

Comment, alors, expliquer ce paradoxe? « On n’a pas réussi à faire comprendre aux Français qu’il faudra faire des efforts budgétaires immédiatement », souffle Pierre Albertini, membre de l’équipe de campagne du candidat, qui, pourtant, martèle ses propositions avec une réelle constance, depuis sa déclaration de candidature.  

L’entourage du candidat l’assure depuis plusieurs semaines: non, il n’y aura pas de surprise. « Il n’aime pas le buzz », explique Bernard Lehideux, membre de son équipe de campagne. Et, de toute manière, estime l’ex-député-maire de Rouen, Pierre Albertini, « les Français ne comprendraient pas qu’il change de comportement. » Et qu’il fasse, en somme, « comme Nicolas Sarkozy ou François Hollande », toujours en tête des intentions de vote. 

Critiquer le service public

Pourtant, il y a bien du changement. Certes, minime. Certains conseillers, en premier lieu sa plus fidèle lieutenante, Marielle de Sarnez, lui avaient conseillé de se mettre en colère, de hausser le ton. Le président du MoDem lève donc la voix depuis quelques jours. 

Contre France 2, par exemple, au sujet d’un débat entre les 10 candidats (ou leurs représentants) à la présidentielle avant le premier tour.  

« Comment une grande chaîne publique peut-elle organiser plusieurs heures d’antenne, en prime time pour la primaire du PS et rien, en vue du second tour, se demande ainsi, ce mardi, François Bayrou. Excusez-nous, c’est quand même plus important. »  

Celui qui avait dénoncé à outrance les sondages en 2007 pense taper juste. « On pourra ainsi voir quels candidats se dérobent, et ceux qui s’affrontent », s’amuse Bayrou, qui y croit encore. « La confrontation de candidats intéresse les Français, juge Bernard Lehideux, France 2 a réuni 6 candidats sur un plateau. Quatre personnes de plus, c’est possible, on peut trouver une solution. »  

Moralisation de la vie politique

Cela peut-il, pour autant, changer la donne? Au MoDem, on sait qu’il en faudra un peu plus: « Un débat peut nous permettre de grappiller un ou deux points, guère plus », glisse Albertini.  

Autre cible du Modem? Libération, coupable d’avoir fait une Une, ce lundi, trop ironique sur « l’homme seul ». Le fond orange, sans rien d’autre en première page, a irrité plus d’un militant. Ce qui a poussé l’équipe Web à réaliser, le jour même, en soirée, une parodie de cette Une, publiée sur le site du candidat, en évoquant la « sarkhollandisation » de la campagne.  

Sur le fond, en revanche, pas de changement. François Bayrou veut creuser les mêmes mesures, toujours. Comme sur la moralisation de la vie politique qu’il entend mener dès son élection par un référendum. Faut-il, encore, qu’il parvienne aux portes de l’Elysée, ne serait-ce qu’en se rapprochant du second tour. 

PL

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...