le Canard de l’Etang

  • Accueil
  • > Elections
  • > Hollande-Royal: les piques, et maintenant les retrouvailles
4 avril 2012

Hollande-Royal: les piques, et maintenant les retrouvailles

Publié par canarddeletang dans Elections, politique francaise, PS

Lu initialement sur L’Express.fr

Ségolène Royal et François Hollande seront, ce mercredi soir, ensemble à Rennes pour un grand meeting. Depuis l’officialisation de leur rupture, les échanges ont souvent été polis, parfois vachards. Retour sur quelques dates. 

La dernière fois qu’ils sont apparus, ensemble, l’un et l’autre dans un grand meeting, c’était le 29 mars 2007 à Limoges, à quelques semaines du premier tour de la présidentielle. François Hollande soutenait, à l’époque, Ségolène Royal, la candidate. Ce soir, les rôles seront inversés. 

« C’est la manifestation de l’unité des socialistes », a souligné, ce mardi Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande. Une unité qui n’a pas toujours été d’actualité. Surtout entre François Hollande et son ex-compagne depuis leur séparation en 2007.  

« J’étais la cible non seulement des attaques de la droite, mais aussi de celles de mon propre camp », a rappelé Ségolène Royal dans un entretien à VSD: « Chaque fois que je faisais une annonce, deux ou trois responsables du PS prenaient la parole pour la critiquer. » « Je n’imposerai pas à François ce que j’ai subi en 2007 de la part des anciens rivaux », glisse-t-elle aussi à ses proches. 

Retour en arrière

Octobre 2006. François Hollande: « Je suis contre le narcissisme en politique. Je ne crois pas au rapport singulier d’un homme ou d’une femme avec le peuple. Je crois aux idées. » 

François Hollande, alors Premier secrétaire du PS, souhaite se présenter à l’élection présidentielle de 2007, mais ne peut rien contre la popularité croissante de sa campagne Ségolène Royal, qui remportera ensuite la primaire face à Laurent Fabius et DSK. 

Juin 2007. Quand Ségolène Royal annonce-t-elle sa séparation avec François Hollande? Le soir du deuxième tour des élections législatives de 2007, le 17 juin, peu après 22 heures. Et le style du communiqué est âpre: « J’ai demandé à François Hollande de quitter le domicile conjugal. » Le PS est en train de digérer la défaite aux législatives, au même moment son ex-candidate vire le patron du parti. En public. 

Janvier 2008. Ségolène Royal se dévoile encore davantage dans l’émission de Michel Drucker Vivement Dimanche sur France 2, sur sa vie privée: « C’est vrai qu’être trompée, quand ça dure pendant une période comme celle-là, c’est extrêmement difficile. C’est aussi très difficile de mettre fin à vingt-cinq ans de vie, d’avoir pourtant tout fait pour sauver un couple… Ça a été extrêmement dur, et ce qui m’a sauvée, c’est de continuer à penser aux Français qui attendaient que je reste digne. »  

Novembre 2008. François Hollande s’est rangé, lors du Congrès de Reims, censé lui trouver un successeur, à la tête du PS, derrière Bertrand Delanoë. Et non Ségolène Royal, dont la mention arrive finalement en tête. Il la soutient du bout des lèvres. Sa victoire, dit-il, « ne lui permet pas d’être majoritaire » dans le parti. Il incombe aux quatre motions arrivées en tête du vote des militants pour le congrès de Reims de « chercher un rassemblement ». 

Décembre 2008. Vincent Peillon, bras droit de Ségolène Royal à l’époque, tacle Martine Aubry au moment de sa prise de fonction après un congrès houleux: « C’est du ‘gloubi-boulga’ à la François Hollande, sans le rassemblement et sans le sourire. »  

De son côté, la présidente de la région Poitou-Charentes n’a aucun mot sur la gestion du parti par son ancien campagnon. Elle prend du recul et laisse ses proches renvoyer dos-à-dos Aubry et Hollande. 

Mai 2009. « Ségolène Royal, elle a été notre candidate, mais elle ne peut pas dire qu’elle est la leader naturelle du PS. La première secrétaire (Martine Aubry) dirait que ce n’est pas tout à fait vrai… »  

François Hollande se prépare à être candidat, mi-2009. L’idée d’une primaire se précise, et l’ex-Premier secrétaire tente de se différencier de ses opposants, en particulier Ségolène Royal. 

Octobre 2011. Ségolène Royal: « Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu’il (François Hollande) aurait réalisée en trente ans de vie politique? Une seule? »  

Campagne des primaires. DSK out, François Hollande a pris l’avantage et domine ses concurrents. Dont la candidate de 2007, Ségolène Royal, loin dans les sondages. La Dame du Poitou est contrainte de se différencier d ses concurrents. Et cogne. 

Octobre 2011. Débat de la primaire socialiste, sur BFMTV. Laurent Joffrin: « Je cite Ségolène Royal ‘François Hollande est un notable. Si on l’écoute c’est ‘dormez braves gens, on ne va pas changer grand-chose’ ». Réplique de l’intéressée: « Nous sommes tous des notables, vous n’arriverez pas à nous diviser. » François Hollande: « J’ai reçu le compliment de Ségolène Royal en direct: ‘Nous sommes tous des notables et nous avons bataillé pour l’être.’ Ségolène Royal conclut: « Mais nous sommes pas tous des cumulards. » 

Janvier 2012.Meeting du Bourget. Le PS diffuse un clip vidéo retraçant l’histoire du PS. Aucune image de Ségolène Royal en 2007. Hollande ne la cite pas non plus pendant sa prise de parole. Elle s’en plaindra publiquement le lendemain. Le clip a depuis été modifié. 

PL

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...