le Canard de l’Etang

  • Accueil
  • > Elections
  • > Hollande gauchise son discours à quelques jours de l’élection
18 avril 2012

Hollande gauchise son discours à quelques jours de l’élection

Lu initialement sur L’Express.fr

Hausse du Smic, TVA sur le luxe, menace du blocage du traité Merkel-Sarkozy… Depuis quelques jours, François Hollande tente d’attirer les électeurs bien ancrés à gauche, dont les partisans de Jean-Luc Mélenchon. 

Le mot d’ordre pour François Hollande, toujours favori des sondages, tient aujourd’hui en un mot: mobilisez. Pour le candidat socialiste, l’important est d’obtenir le plus haut score possible dès le premier tour. Et pour cela, la réserve de voix de Jean-Luc Mélenchon, crédité de 13 à 17% des sondages, est alléchante. 

Du coup, depuis lundi, il multiplie les prises de parole ancrées à gauche. Ainsi, sur la question du Smic, emblématique de la gauche, il ne promettait aucune hausse. Pour finalement poser la question d’un « coup de pouce », à négocier avec les syndicats, après son éventuelle élection. Cela pourrait concerner, explique-t-il ce mardi sur France Inter, les grandes entreprises, souvent la cible de la gauche radicale. « Quand le pays connaît une reprise économique, c’est tout à fait légitime que les salariés en prennent leur part. Moi, j’ai refusé que ce soit la captation par simplement le capital et les rémunérations des dirigeants d’entreprise », a-t-il affirmé.  

Encore un indice: il l’avait déjà proposée, mais il a réitéré, au journal économique allemand Handelsblatt son exigence de ré-négociation du traité européen pour y annexer une partie sur la croissance.  

Recruter des profs dés 2012 et taxer encore plus les produits de luxe

Le Corrézien, qui assure ne pas être « isolé » sur ce point, bloquerait même le texte à l’Assemblée nationale puisqu’il l’a « promis aux Français ». Cela ressemble fort à la menace ‘mélenchonienne’ formulée ainsi: « L’Europe n’avancera pas sans la 5e puissance économique. » 

Normal, estime Arnaud Montebourg, chantre de l’aile gauche du PS, car il existe, selon lui, un « voisinage, un cousinage » entre les socialistes et Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de gauche, fondés sur des « propositions communes. »  

Autre exemple, sur l’éducation cette fois. L’équipe de François Hollande avait déjà précisé que des postes d’assistants d’éducation ou d’encadrement seraient créés à la rentrée 2012, en cas de victoire socialiste. Elle va aujourd’hui plus loin: Vincent Peillon, le Monsieur « Education » du candidat, a assuré qu’il voulait aussi qu’ »une centaine, voire un millier » d’instituteurs en plus soient recrutés dans les écoles. Un clin d’oeil à un électorat clairement de gauche… qui « atterre », en tout cas, l’actuel ministre de l’Education Luc Chatel. 

Enfin, il y a la taxation des riches, et plus précisément la possibilité de créer une tranche de TVA à 33% sur les produits de luxe. Fin connaisseur des questions de fiscalité, François Hollande sait très bien que Bruxelles ne laissera pas une telle chose se produire, compte tenu de l’existence de plusieurs taux en France. Pourtant, il a laissé entendre qu’il pourrait le faire: « Je vais regarder, cette proposition a du sens », a-t-il dit mardi sur RTL. Un bon moyen d’évoquer l’idée sans s’engager sur sa mise en oeuvre. Un bon moyen aussi de parler à la gauche, dans son ensemble. 

PL

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...